SARA 2023 : la CEDEAO partage son expérience sur les mécanismes de réponse aux chocs et l’utilisation des TIC dans l’agriculture
Mardi, 3 octobre, 2023 - 18:15

Au troisième jour de la tenue du Salon de l’Agriculture et des Ressources Animales (SARA), le 1er octobre 2023, les partenaires nationaux et internationaux ont été invités à des échanges au cours de la conférence inaugurale sur le thème central « l’agriculture africaine face aux chocs internes et externes : quelles innovations structurelles pour améliorer les secteurs agricoles et garantir la souveraineté alimentaire ».

Après avoir relevé les différents chocs auxquels font face les populations africaines, le Directeur Général de l’Institut International d’Agriculture Tropicale (IITA) Dr Siméon Ehui, a insisté sur les impacts du changement climatique qui fragilisent l’agriculture africaine. Il a invité les acteurs et les décideurs à privilégier l’utilisation des technologies agricoles tolérantes à la sécheresse et adaptées aux conditions de variabilité du climat. Il a aussi appelé à la mise en place de mécanisme de réponses rapide aux chocs quand ils surgissent.

Le Directeur régional du Centre International de Recherche en Agroforesterie (ICRAF/CIFOR), Dr Kouamé Christophe a proposé l’agroforesterie comme solution aux chocs et pour rendre durable l’agriculture africaine. Il s’agit de pratiquer l'association d'arbres et de culture ou d'animaux d'élevage dans un même système de production agricole. Les arbres, d'essences forestières ou fruitières, peuvent se trouver au sein d'une même parcelle agricole.

Le Représentant-résident de la FAO en Côte d’Ivoire, Dr Attaher Maiga, a insisté sur le renforcement du partenariat entre les institutions pour échanger les expériences et mutualiser les ressources. La solution durable aux chocs, pour lui demeure la solidarité entre pays et Institutions.

La CEDEAO, travers son Directeur de l’Agriculture et du Développement Rural, M. Alain SY TRAORE, a partagé l’expérience du mécanisme de réponse de la CEDEAO face aux chocs internes et externes. Il a d’abord rappelé les principaux chocs endogènes et exogènes auxquels fait face la sous-région ouest-africaine depuis 1970 avant de présenter la Réserve régionale de sécurité alimentaire qui permet de faire jouer la solidarité régionale en cas de crise alimentaire majeure avec des appuis en stocks physiques et des appuis financiers. « La Réserve Régionale constitue la troisième ligne de défense pour prévenir et gérer les crises alimentaires. Elle est complémentaire des stocks de proximité (première ligne de défense au niveau des villages et des communautés) et des stocks nationaux de sécurité alimentaire (deuxième ligne de défense) détenus par les Etats. » a souligné le représentant de la CEDEAO.

Rappelons que la Réserve Régionale de Sécurité Alimentaire (RRSA) en Afrique de l’Ouest a été créée par les Chefs d’Etat et de Gouvernement des Etats Membres de la CEDEAO en février 2013, par Acte Additionnel au Traité révisé de la CEDEAO (AS/2/02/13).

« Technologie et innovation dans l'agriculture : Comment les nouvelles technologies peuvent-elles être utilisées pour accroître la productivité agricole et améliorer les chaînes de valeur? ».

C’est le thème de la deuxième conférence au cours de laquelle l’expérience de la CEDEAO a été partagée. Dr Kémo Badji, Expert en surveillance et système de contrôle des mouches de fruits à la CEDEAO a fait un mapping des différents systèmes d’information utilisant les TIC développés dans la sous-région. Il a aussi souligné que la CEDEAO a fait de la digitalisation de l’agriculture une priorité afin de prévenir ou mitiger les chocs alimentaires.

A travers ces deux communications, la CEDEAO a accru sa visibilité en faisant connaître davantage les principaux résultats de la mise en oeuvre de sa politique agricole régionale (l’ECOWAP).

Pièce jointe / A Télécharger: 
Fichier Communiqué de presse