Contexte et justification

La région de la CEDEAO a connu des maladies animales endémiques, ainsi que des défis liés aux zoonoses émergentes et ré-émergentes qui ont des conséquences négatives sur la production animale de la région. Les pertes de revenus et le déclin des moyens de subsistance des pasteurs et des petits éleveurs dus aux maladies animales qui entraînent une faible productivité et la mort des animaux ne peuvent être sous-estimés. Les systèmes de production animale extensifs de la région de la CEDEAO, caractérisés par la transhumance et les mouvements transfrontaliers du bétail, ont des répercussions sur la transmission des maladies, d'où la nécessité d'adopter des approches régionales pour la prévention et le contrôle des maladies animales transfrontalières (MAF). Les maladies animales transfrontalières (MAE), notamment la PPCB, la PPR, la fièvre aphteuse, le charbon, et les zoonoses à vecteur comme la trypanosomiase, restent un défi dans la région de la CEDEAO et ont des conséquences sur la santé animale et humaine. La faible productivité, la morbidité et la mortalité élevées ont involontairement des implications sur la sécurité alimentaire et la nutrition, la génération de revenus, l'amélioration des moyens de subsistance, la création d'emplois et la création de richesses.

Le secteur de l'élevage dans la région de la CEDEAO est d'une importance stratégique et d'une signification économique et sociale considérable pour une population jeune et croissante, et contribue à hauteur de 35% au produit intérieur brut (PIB) de l'agriculture. La contribution du bétail au PIB peut être augmentée si les maladies animales transfrontalières peuvent être prévenues et contrôlées, et si la contribution des animaux de travail est prise en compte. Le CAADP/ECOWAP reste le pivot du développement et de la croissance de l'agriculture dans la CEDEAO avec l'objectif général de contribuer durablement aux besoins alimentaires et nutritionnels des citoyens, et de soutenir le développement social et économique, ainsi que de réduire la pauvreté et les inégalités. Les chaînes de valeur agricole prioritaires pour atteindre cet objectif comprennent le bétail, la viande et le lait.

La Banque mondiale contribue au soutien des États membres de la CEDEAO pour atteindre l'objectif du CAADP/ECOWAP à travers notamment le Projet régional d'appui au pastoralisme au Sahel (PRAPS). La première phase du programme PRAPS (PRAPS I) a été mise en œuvre de 2015 à 2021. La deuxième phase du programme (PRAPS II) est entrée en vigueur en aout 2021 au niveau régional sous la Coordination générale du CILSS, et se clôturera en décembre 2027. Le PRAPS (I et II) couvre six pays sahéliens dont le Burkina Faso, le Mali, le Niger, le Sénégal ainsi que la Mauritanie et le Tchad. Les actions du programme visent à renforcer la contribution du pastoralisme et de la transhumance transfrontalière à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, au développement socio-économique équitable et à l'intégration régionale dans l'espace CEDEAO par le dialogue, la gouvernance et la création des conditions d'une utilisation durable des ressources pastorales entre les États membres de la CEDEAO.

Le PRAPS II poursuivra et intensifiera les efforts entrepris pour améliorer les systèmes de santé animale, et ainsi protéger le cheptel et les populations humaines des impacts négatifs des maladies animales. Le PRAPS II soutiendra également l'engagement des pays à améliorer la qualité et le contrôle des médicaments vétérinaires ainsi que la lutte contre la résistance aux antimicrobiens (RAM) et les risques afférents, pour les animaux comme pour les humains. Au niveau régional la coordination de la composante 1 comprend une sous composante 1.1 intitulée : Assistance technique ciblée aux pays pour la mise en œuvre du programme et une sous composante 1.2 intitulée : Intégration régionale des politiques, harmonisation réglementaire et coordination des pays en matière de gestion de la santé animale. La mise en œuvre de cette sous-composante 1.2 sera assurée par le Centre Régional de Santé Animale (CRSA), Bamako-Mali. Le CRSA a été créé par un Acte additionnel (A/SA.20/02/12) par l'Autorité des Chefs d'Etats de la CEDEAO en tant que Centre Régional Spécialisé de Santé Animale de la CEDEAO.

Pour appuyer la gestion administrative de l’équipe de la composante 1.2 du projet financé par la banque mondiale, l’ARAA désire recruter un(e) assistant(e) administratif(ve).

 

Brève présentation du Programme

Le PRAPS-2 soutient l'engagement des pays à améliorer la qualité et le contrôle des médicaments vétérinaires ainsi que la lutte contre la résistance aux antimicrobiens (RAM) et les risques afférents, pour les animaux comme pour les humains. Au niveau régional la coordination de la composante 1 comprend une sous composante 1.1 intitulée : Assistance technique ciblée aux pays pour la mise en œuvre du programme et une sous composante 1.2 intitulée : Intégration régionale des politiques, harmonisation réglementaire et coordination des pays en matière de gestion de la santé animale. La mise en œuvre de cette sous-composante 1.2 sera assurée par le Centre Régional de Santé Animale (CRSA), Bamako-Mali. Le CRSA a été créé par un Acte additionnel (A/SA.20/02/12) par l'Autorité des Chefs d'Etats de la CEDEAO en tant que Centre Régional Spécialisé de Santé Animale de la CEDEAO.

La sous composante 1.2 intitulée : Intégration régionale des politiques, harmonisation réglementaire et coordination des pays en matière de gestion de la santé, sous la direction du Centre Régional de Santé Animale (CRSA), Bamako-Mali, recherche des candidats transparents, exceptionnels dans leur façon de gérer les ressources qui leur sont confiées et qui s'engagent à donner le meilleur d'eux-mêmes.

 

Description de l'emploi

Le poste

Il s'agit d'un poste contractuel à durée déterminée au Centre Régional de Santé Animale (CRSA) de Bamako-MALI mais qui nécessitera que le candidat effectue des missions dans quatre États membres de la CEDEAO où se situent les activités du projet. La durée du contrat est d'un (1) an soumis à une période probatoire de trois (3) mois. Le contrat pourrait être renouvelé pour la durée du projet en fonction des performances et de la disponibilité des fonds.

 

Responsabilités et tâches

Sous la coordination et la supervision du Coordinateur du Projet, l’assistant(e) administratif(ve) aura la responsabilité de :

 

Gestion des relations publiques :

  • Assurer l’accueil des visiteurs.
  • Tenir l’annuaire interne.

 

Organisation de la logistique des missions et ateliers

  • Assurer la préparation logistique des missions et ateliers (Réservation des hébergements, gestion des titres de voyage, visas, organisation générale voyage, réservation salle, traiteur, interprétariat) ;
  • Préparer et contrôler les dossiers nécessaires aux missions et ateliers ; (documentation, rapports, supports de communication, notes diverses pour les réunions…) ;
  • Effectuer des courses administratives et/ou logistiques en ville en cas de nécessité.

Réalisation du secrétariat administratif

  • Traitement des supports de communication (notes, correspondances, reporting, rapports, comptes rendus…) : rédaction, transmission, suivi, gestion du classement ;
  • Gérer les supports de communication ‘Arrivée’ et ‘Départ’ ;
  • - Participer à la finalisation des rapports (relecture et mise forme) ;
  • - Assurer la production et la multiplication des documents de travail.
  • Etablir les ordres de mission ;
  • Préparer l’état de paiement indemnités de mission et des frais et avantages divers ;
  • Gérer les archives de la sous composante 1.2 du PRAPS ;
  • Suivre les mouvements du personnel : absences, congés, maladie, déplacement ;
  • Suivre les missions des consultants et visiteurs siège ;
  • Et toutes autres tâches confiées par la hiérarchie.

 

Assistance le comptable dans la gestion administrative du projet

  • Centraliser les demandes d’achat et suivre les commandes jusqu’à livraison ;
  • Gérer les stocks de fournitures de bureau et faire valider mensuellement les fiches de suivi du stock par le coordonnateur et le comptable ;
  • Appui au comptable dans la gestion administrative des passations de marché et contrats de consultance.

 

Qualifications

Qualifications requises

Le consultant doit :

  • Avoir un diplôme de BAC+2 en assistanat de direction, gestion administrative et commerciale, ou tout autre diplôme équivalent ;
  • Justifier au moins cinq (5) ans d’expériences pertinentes dans une institution d’envergure régionale ou internationale dans le domaine de l’assistante de direction ou secrétariat de l’administration ;
  • Avoir la nationalité de l’un des pays de la CEDEAO.

 

 Compétences :

  • Avoir le sens de l'organisation, des relations, de la tenue et de la courtoisie dans le comportement ;
  • Être accueillant(e) ;
  • Avoir une bonne connaissance en gestion administrative ;
  • Connaitre les normes rédactionnelles ;
  • Avoir la maîtrise des logiciels standards tels que Word, Excel, Access, PowerPoint et Outlook ;
  • Être motivé(e) pour son travail, faire preuve d’autonomie et avoir des aptitudes à gérer les priorités ;
  • Être capable de travailler sous pression dans un environnement multiculturel et faire preuve d’une grande discrétion.

 

Langue

Maîtriser parfaitement le Français aussi bien à l’oral qu’à l’écrit. La maîtrise de l’Anglais serait un atout.

 

Conditions générales pour le poste

​​​​​​​Eligibilité et qualifications

La Commission de la CEDEAO, à travers l’Agence Régionale pour l’Agriculture et l’Alimentation (ARAA) invite par la présente les personnes physiques à manifester leur intérêt pour fournir les services requis en fournissant les informations démontrant qu’il possède les qualification requises l’expérience pertinente pour réaliser la mission. Les critères de qualifications et d’expériences mieux décrites dans les termes de référence.

L’attention des consultants intéressés est attirée sur la section III, paragraphes, 3.14, 3.16 et 3.17 du « Règlement sur la passation des marchés pour les emprunteurs IPF » de la Banque mondiale, juillet 2016 (« Règlement sur les marchés publics »), qui énonce la politique de la Banque mondiale en matière de conflits d’intérêts.

 

​​​​​​​ Dossier de candidature

Les dossiers de candidature sont constitués des éléments suivants :

  • Une lettre de manifestation d’intérêt signée, indiquant le délai de disponibilité ;
  • Un curriculum vitae récent et signé détaillant l'expérience professionnelle et les missions similaires ;
  • Trois références professionnelles (nom et prénom, fonctions actuelles et antérieures, adresse électronique et numéro de téléphone) ;
  • Copie certifiée conforme du diplôme le plus élevé ;
  • Copies des certificats de travail ou de service mentionnés dans le CV.

 

 Processus de sélection

Un consultant sera sélectionné selon la méthode de sélection de consultant individuel décrite par le « Règlement sur la passation des marchés. » de la Banque Mondiale. Une interview d’évaluation des connaissances, compétences et aptitudes pourra être organisée avec les meilleurs candidats. Seuls les candidats présélectionnés seront contactés. L’ARAA se réserve le droit de ne pas donner de suite au présent à manifestation d’intérêt.

 

Demande d’informations complémentaires

Les candidats intéressés peuvent obtenir des informations complémentaires en écrivant aux adresses électroniques suivantes : procurement@araa.org cc : ctienon@araa.org, mnakorba@araa.org, lbarnabo@araa.org avec en objet « SCI022- PRAPS 2-Chauffeur pour la composante 1.2 »

Deadline for Submission: 
Tuesday, 16 May, 2023 - 17:00
How to Apply: 
  • Date et heure limite de réception des candidatures : 16 mai 2023 à 17h00 GMT 
  • Liens de soumission : les candidatures seront soumises par téléchargement à l’adresse Dropbox https://www.dropbox.com/request/PmmqYxo5UPAaX9CwNYXX  
  • Format des candidatures : la candidature doit être sous la forme de fichier PDF.

L’ARAA se réserve le droit de ne pas considérer les candidatures ne respectant pas les conditions de soumission ci-dessus.

Fichiers à télécharger: 
PDF icon TDRs